La prédation

   Les systèmes de contrôle sont omniprésents et influencent toutes les sphères de nos réalités terrestres actuelles. Mais malgré toutes les interventions extérieures multipliant les tentatives de manipulation et de propagation d'innombrables mensonges, des chercheurs et chercheuses de vérité oeuvrent sans relâche à l'approfondissement de la connaissance des multiples facettes des réalités transdimensionnelles. Ces différentes sources nous offrent des myriades d'informations pertinentes nous permettant d'entrevoir de nouvelles perspectives quant à certains phénomènes méconnus et encore largement incompris.

 

     Parmi les nombreuses informations qui circulent actuellement, le phénomène de la prédation énergétique s'avère, plus que jamais, être un thème d'actualité. Et pour cause, car il s'agit de révéler des enjeux majeurs et cruciaux qui entravent le processus de transformation intérieure essentielle à la poursuite de l'évolution de l'âme. 

 

   Différents sites partagent suffisamment d'informations permettant de saisir graduellement les tenants et aboutissants de ce phénomène particulier:

 

            site de Laura Knight-Jadczik:  http://laura-knight-jadczik.com              http://cassiopaea.xmystic.com

         

     Les informations disponibles sur ces sites sont substancielles, concrètes et accessibles à tous. Elles deviennent autant d'opportunités de nous ouvrir afin d'explorer avec davantage de discernement nos diverses réalités intérieures et extérieures. C'est dans cette perspective, que je partage mes connaissances sur les dynamiques personnelles et relationnelles humaines car il est essentiel d'identifier comment ce phénomène de prédation énergétique se manifeste concrètement dans la vie quotidienne et surtout comment il influence nos attitudes et comportements. Selon moi, la prédation s'exprime concrètement en nous et à travers nous chaque fois que l'on choisit une quelconque forme de fermeture qui alimente consciemment ou non le désir de contrôle, d'imposition et de domination. Les formes des fermetures sont diverses allant de l'utilisation du mensonge et d'un système de croyances illusoires à l'utilisation de mécanismes de défense stéréotypés, répétitifs et stériles. En nommant et saisissant les multiples pièges auxquels nous sommes confrontés, il est par conséquent possible de découvrir des moyens sains de faire face à toutes ces réalités puis de les expérimenter concrètement.

 

     De fait, l'acquisition de connaissances concernant la prédation énergétique nécessite, une grande ouverture afin d'accueillir le plus sainement possible une pléiade d'informations déconcertantes, choquantes et déstabilisantes. Celles-ci engendrent bien souvent diverses réactions émotionnelles humaines et naturelles. Oui, c'est pour le moins dérangeant mais cette réalité se révèle également être incontournable.

 

    Incontournable car l'ignorance expose et condamne l'être à stagner dans des états d'inconscience, d'emprisonnement et d'esclavage. Le déni de l'existence de la prédation ou de l'importance de son impact constitue d'ailleurs un mécanisme fréquemment observé et lourd de conséquences dans la vie des êtres concernés. Certains nient carrément différents aspects de cette réalité en ignorant qu'ils se privent ainsi d'informations importantes et pertinentes à une meilleure connaissance de soi  tandis que d'autres tentent, par divers moyens, d'apaiser leurs peurs et insécurités en se forgeant des croyances les éloignant illusoirement de la dite réalité. Tous ces êtres tentent, à leur façon de contrôler l'incontrôlable et l'inévitable. Ils perpétuent par conséquent des attitudes et comportements issus de multiples fermetures qui ne peuvent que générer et attirer des contacts, des situations ou événements empreints de fermeture.

 

    Beaucoup d'êtres vont inconsciemment choisir de ne porter attention qu'à certaines informations qui seront rapidement déformées et projetées essentiellement sur l'extérieur. La projection allant bon train, tous les êtres dérangeants qu'ils côtoient deviennent alors de présumés prédateurs. Ces êtres n'envisagent pas aisément de centrer plutôt leur attention sur leur propre prédateur dans l'objectif de mieux se connaitre.

 

   J'insiste d'ailleurs avant tout, sur le fait que toutes démarches d'acquisition de connaissances sur un sujet donné doivent être jumelées à l'acquisition d'une autre forme d'informations; celles-ci ne sont accessibles que par l'exploration et l'expérience personnelle. Cela s'applique évidemment à tous les domaines mais devient primordial lorsque la recherche et l'acquisition de connaissances s'inscrivent dans le processus de transformation et d'évolution de l'âme.

 

    Dans cette perspective, l'affluence de nouvelles informations améliorant la connaissance du sujet nous offre l'opportunité d'approfondir et de consolider une connaissance de soi plus juste. Et, l'approfondissement de la connaissance de soi nécessite la reconnaissance des pièges personnels et relationnels contribuant au maintien des fermetures, des déséquilibres et des dysharmonies intérieurs. Ce sont justement l'inconscience et l'ignorance de ces pièges mais surtout de leur fonctionnement qui perpétuent le phénomène de la prédation sous toutes ses formes. Il s'agit donc de demeurer extrêmement conscient qu'une observation attentive et constante doit être orientée vers les nombreux pièges qui peuvent entraver l'intégration saine des diverses informations recueillies.

 

     Il importe d'être attentif, dans un premier temps, à d'éventuels jugement ou interprétations hatives d'informations parfois troublantes puis dans un deuxième temps à la tendance à l'évitement. En interprétant précipitamment, l'être ferme la porte aux informations subséquentes susceptibles de modifier sa compréhension globale du phénomène. La tendance à l'évitement peut, quant à elle, s'imiscer sournoisement en influençant notre démarche de recherche de vérités. Je constate effectivement que plusieurs êtres ont tendance à rechercher un mode d'emploi préétabli qui permettrait d'éviter ces phénomènes de prédation (que faire ou ne pas faire, que croire ou ne pas croire, etc). Dans ce processus, le contrôle et les analyses mentales alimentées par la méfiance, par la peur de se faire avoir ne constituent qu'une perte considérable de temps et d'énergie. En évitant tout contact conscient avec la prédation et ses acolytes, on entrave même nos possibilités de mieux connaître le phénomène donc de mieux nous connaître intimement. Il ne s'agit nullement de miser sur un savoir-faire mais bien de découvrir et d'explorer un savoir-être nous poussant inéxorablement à développer un discernement basé sur l'ouverture et l'intelligence du coeur et de l'esprit.

 

    Nous sommes tous, personnellement et collectivement concernés; la prédation, on n'y échappe pas mais nous pouvons certes nous en libérer. La connaissance libère... et l'expérience, quant à elle, génère... Elle génère l'ouverture à d'infinies possibilités de retrouver, d'explorer, d'exprimer et de manifester concrètement notre liberté d'être.

 

   Les différents moyens et technologies dont disposent les prédateurs afin de nous détourner de notre être profond sont illimités et parfois même inimaginables. Nous devons donc garder continuellement à l'esprit que les moyens utilisés pour nous dévier de notre Voie sont pernicieux et si subtils qu'il est complètement irréaliste de s'imaginer pouvoir les éviter ou les contourner.

 

   La prise de conscience de cette réalité peut évidemment accentuer un sentiment d'impuissance déjà bien incrusté dans l'inconscient personnel et collectif de notre humanité. Il ne s'agit certes pas d'alimenter une méfiance, des peurs ou insécurités déjà trop présentes et responsables d'un aveuglement chroniques chez plusieurs êtres. Il s'agit surtout de stimuler en chacun un processus sain d'observation et de réflexion. J'ai constaté, à maintes reprises, que l'être humain confronté à une réalité insoupçonnée, tend répéter les modes comportementaux qu'on lui a appris. Les deux attitudes les plus fréquentes consistent donc, soit à nier les faits ou à les dramatiser à un point tel qu'il devient impossible de recevoir ou de traiter adéquatement l'information.

 

Il devient alors essentiel découvrir et de ne jamais oublier que nous disposons également de moyens simples et concrets susceptibles de nous aider à détecter la présence de prédation dans un premier temps puis de se libérer de son influence dans un deuxième temps. 

 

   L'auto-observation attentive et la plus objective possible des divers aspects de nos réalités intérieures et extérieures favorise grandement le travail d'identification et de déprogrammation des mécanismes qui contribuent au maintien de l'état d'emprisonnement et d'esclavage visé, créé et entretenu par toutes les manoeuvres prédatrices. C'est en accueillant et en explorant fréquemment nos malaises intérieurs qu'ils soient psychiques, affectifs, énergétiques ou physiques que nous développons ainsi notre propre "détecteur de prédation". Nous apprenons à mieux connaitre les parties de nous-même qui manoeuvrent afin de nous empêcher d'exprimer et de manifester notre être véritable.

 

   En apprenant à connaitre tout autant nos malaises et les peurs qui les alimentent, nous pouvons donc distinguer plus clairement les ficelles utilisées par le prédateur/notre prédateur intérieur. Si le déni de l'existence ou de l'importance de la prédation élimine les possibilités de s'en libérer, la fermeture et les réactions émotionnelles ne représentent guère plus une voie libératrice. De fait, les réactions émotionnelles, qu'elles se manifestent par des peurs, de la fuite ou de la colère et de la révolte, n'alimentent que davantage le prédateur et renforcent, par le fait son emprise.

 

   Il en est de même de ces techniques d'intervention visant à se concentrer uniquement sur une vision positive tout en misant sur une réponse d'amour, de compassion et de lumière totalement déconnectée de la réalité. Ce ne sont que des tentatives de contrôle déguisées et complètement irréalistes... elles ne contribueront qu'à permettre au prédateur de se délecter de sa toute-puissance. Le prédateur ne craint ni la violence ni la lumière, il s'en nourrit tout simplement.

 

   Il s'avère essentiel de saisir que l'expansion de la conscience humaine dépend du niveau d'ouverture face à chacune des informations provenant des diverses dimensions de nos réalités. Ce à quoi vous prêtez attention, est ce dont vous devenez conscient. Cette affirmation nous dévoile certaines méthodes utilisées par l'esprit du prédateur qui consistent justement à continuellement détourner notre attention des éléments pertinents à une meilleure connaissance de soi et du réel... Un exemple frappant concerne le phénomène de la méfiance; dans ce cas précis l'attention de l'être est détournée et mise au profit non pas d'une observation saine mais plutôt d'une surveillance empreinte de contrôle et de jugement. Les interprétations qui en découlent déforment partiellement ou complètement  les faits de réalité. Au nom de la sécurité, nous sommes fortement encouragés à la méfiance alors que dans les faits cela ne peut qu'augmenter le risque de se faire avoir tout simplement parce que l'attention de l'être n'est plus au service d'une observation objective permettant le développement d'un véritable discernement.

 

    Affirmez donc votre souverainté en redevenant le seul maître de votre attention. Ne laissez plus les autres vous dicter ce à quoi vous devez porter attention. Je le répète: la prédation s'exprime, concrètement en vous et à travers vous,  chaque fois que vous choisissez une quelconque forme de fermeture qui maintient ou alimente le désir de contrôle et de domination, l'avidité, les peurs du manque ou insécurités, etc. Tous ces états découlant de fermetures influencent votre attention et votre perception allant jusqu'à engendrer des déformations plus ou moins sévères de différents aspects des réalités intérieures et extérieures. Les conséquences sont nombreuses et affectent directement nos capacités personnelles et relationnelles.

 

   S'il est inutile de combattre ou de tenter de contourner les multiples manoeuvres du prédateur, il est tout à fait possible de diriger consciemment votre attention vers lui dans la seule intention de mieux le connaitre sans jugement ni intervention autre... et il est possible que cette attention toute particulière l'amène éventuellement à commettre quelques maladresses. Il se révélera malgré lui... Au cours de cette observation, il importe avant tout, de demeurer tout ce qu'il y a de plus humain c'est à dire de ne pas essayer de ne pas être touché ou dérangéIl importe d'accueillir le perturbations ou malaises sans toutefois baisser les yeux. Plusieurs étapes seront nécessaires afin de l'entrevoir, de l'apercevoir puis de le voir tel qu'il est.

 

   Il s'avère important de saisir qu'il ne s'agit nullement de le démasquer dans le seul objectif de le rendre responsable de tous nos maux et de tenter de s'en débarasser. Il s'agit de sonder son emprise en identifiant clairement les cordes sensibles qu'il utilise afin de nous détourner de nos potentiels véritables.

 

       Le prédateur est également et évidemment une propre partie de nous-même. En explorant les différents aspects de notre réalité, de la sienne, il est possible de commencer à pénétrer les prémisses d'un nouveau monde. Nous ne sommes plus seulement guidés par ce que nous voulons ou ne voulons pas voir. Nous voyageons plus librement dans ce que je nomme l'espace relationnel. Nous développons cette capacité à voir et ressentir différents points de vueLes transformations conséquentes à toutes ces ouvertures et explorations vont graduellement nous permettre de quitter les fonctionnements propres à un mode de survie. Les comportements et attitudes empreints de fermeture, de contrôle, d'égocentrisme, d'avidité et de domination ne sont plus envisageables.

 

   En nous réappropriant nos droits et libertés, nous récupérons ainsi le pouvoir de diriger toute notre attention au service d'une auto-observation la plus objective possible des divers faits de nos réalités intérieures et extérieures incluant des nombreuses dimensions subjectives. Cette perspective nouvelle impacte notre façon de vivre la réalité et favorise grandement le processus de transformation et d'évolution de l'âme. Cela permet particulièrement de ressentir davantage notre intuition et de la laisser nous guider dans le respect des intentions et aspirations de notre être profond. Cela nous permet surtout de ne pas participer naïvement à la matrice mensongère sans toutefois se désengager des expériences que nous avons délibérément choisi de vivre à cette étape cruciale de l'histoire de notre humanité.

 

 

    Virginie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.