Le mensonge: révélateur de vérités

   Nous n'avons nullement besoin d'une enquête élaborée afin de dénicher une première grande vérité: le mensonge est omniprésent en nous et autour de nous. De plus en plus d'êtres sont d'ailleurs conscients que nous évoluons dans une matrice mensongère mais il demeure difficile d'en mesurer l'ampleur réelle. Dans ce contexte, la recherche de vérité s'avère être une entreprise pour le moins périlleuse; ce chemin étant parsemé de perfides embûches. Dès que certains mensonges sont révélés, de nouvelles stratégies de manipulation sont exécutées avec brio détournant les informations justes vers de nouvelles formes de mensonges. Ces derniers se propagent rapidement par le biais de programmations les déguisant subtilement sous le voile d'apparentes vérités.

 

   Force est de constater que les mécanismes qui sous-tendent la machine à mensonges demeurent si bien rodés que les plus sincères intentions d'échapper à ce piège ne suffisent pas à nous protéger adéquatement. J'ai été, dès mon enfance, interpellée et troublée par le phénomène du mensonge. J'observais les incohérences véhiculées par certains mensonges circulant dans mon environnement. A cette époque, je ne saisissais évidemment pas les enjeux reliés à ce phénomène mais je ressentais son caractère malsain. En grandissant, j'ai développé une hypersensibilité aux conséquences immédiates de l'expression du mensonge; celles-ci se manifestant dans mon ressenti sous la forme d'un malaise persistant. Je pris plus d'une fois, la ferme résolution d'éviter de mentir mais je constatai rapidement que les occasions ratées se multipliaient. Que ce soit par peur de déplaire, d'être punie ou même de blesser et de perdre, la peur des conséquences m'empêchait d'être complètement authentique lorsque l'occasion se présentait. Je mentais alors en déformant certains faits sans pour autant échapper au ressenti de ce fameux malaise intérieur.

 

   Le mensonge est devenu, en quelques sortes, un sujet d'étude et d'observation directe dans ma vie d'adolescente. Lors de certaines périodes difficiles, je choisis d'écrire mes états d'âmes. C'est exactement à ce moment que s'est manifesté en moi, un mouvement m'incitant à explorer mes mensonges personnelles les plus dérangeants et confrontants.

 

    Je me rappelle de ce moment au cours duquel j'affirmais, dans une réaction de fermeture, mon indépendance insistant sur le fait que je n'avais besoin de personne; une voix s'est alors élevée en moi me signifiant simplement "c'est faux". J'aurais bien tenté d'ignorer ce message mais la voix s'est de nouveau manifestée m'imprégnant de cette présence étrangement familière. Sans quitter complètement le mouvement de révolte qui m'habitait, je reconnus et écrivis "d'accord c'est faux... j'ai tout de même besoin". Cet effort ne suffisait pas d'autant plus qu'il n'était qu'une manoeuvre afin de faire taire cette manifestation intérieure pour le moins dérangeante. Cette voix m'a encouragée à écrire ce qui se cachait derrière ma première affirmation: mon indépendance supposée s'est transformée en une peur de la dépendance et de la souffrance puis cela m'a permis de ressentir mon intense sentiment de solitude et la peur d'être envahie par un vide incommensurable. Plus je nommais mes réalités intérieures, mes souffrances et plus je ressentais les émotions véritables. Et plus je pleurais et moins je souffrais. En identifiant et en reconnaissant simplement mon sentiment d'être abandonnée, je me sentais de moins en moins seule.

 

    J'ai compris peu à peu que les malaises ressentis lors du mensonge provenaient de la dichotomie ainsi créée entre des parties de ma personnalité et mon être véritable. J'ai dès lors commencé à entrevoir une réalité qui deviendra déterminante dans mon processus de transformation personnelle. J'ai également saisi que le rejet systématique du mensonge ne nous protège guère car tout en demeurant une simple réaction défensive, il nous prive également d'informations pertinentes à une meilleure connaissance de soi. Je me suis donc pour ainsi dire formée à repérer le mensonge et à l'accueillir afin d'explorer les mécanisme qui le sous-tendent.

 

    L'exploration consciente de nos mensonges intérieurs nous rapproche paradoxalement de nos plus profondes vérités. Il y a effectivement matière à méditer... 

 

   Lorsque je repère un mensonge, je dirige mon attention vers la partie impliquée dans cette tentative de manipulation en écoutant son discours sans aucun jugement. Dans cet espace consacré à l'auto-observation, j'encourage même à laisser libre cours au mensonge en écoutant attentivement ses différents discours. J'encourage ainsi une forme de dialogue entre la partie qui tente de déformer certains aspects d'une réalité et cette autre partie qui n'est pas dupe. Cette expérience  dévoile alors assez rapidement plusieurs indices révélateurs de ce qui se trame réellement à un niveau plus profond.

 

   Et, dès que l'on entrevoit ce qui se déroule réellement en nous ou autour de nous, il devient plus aisé de percevoir les incohérences découlant directement du mensonge. De nombreuses croyances sont d'ailleurs démasquées au cours de ce processus ce qui favorise la reconnexion avec notre ressenti véritable.

 

    Le ressenti constitue un état d'être tout comme il est espace de rencontre avec une multitude d'informations essentielles à l'approfondissement de la connaissance de soi. Lorsqu'un être crée et maintient une scission ou même une simple distance avec la conscience pleine et entière de son ressenti , les ravages atteignent rapidement sa capacité d'être en relation saine avec son environnement qu'il soit intérieur ou extérieur. Les divers aspects du réel sont déformés par des interprétations tordues d'informations faussées d'avance. Les réactions de défense se multiplient et mènent inévitablement l'être dans certaines formes de fermeture et éventuellement à une impasse involutive.

 

   L'observation attentive de nos petits et grands mensonges peut, par conséquent, susciter des ouvertures permettant d'élargir nos horizons personnels. Ce travail concret facilite notre transparence sans oublier la fluidité du contact que nous établissons avec toutes les informations disponibles dans nos réalités intérieures et extérieures. Et, des contacts sains avec ces informations s'avèrent justement être les prémisses d'une relation saine qui, quant à elle, encourage l'expression et la manifestation de la souveraineté de chaque être.

 

Bonne continuation,

Virginie

 

 

 

  

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.